Rabat et le Chellah

La colère du vendeur d’eau

La médina, une des plus tranquilles du Maroc.

À l’intérieur de la Kasbah des Oudayas,

Depuis la privatisation de l’eau, elle ne coule plus aux fontaines qui dépérissent !

Toujours dans la Kasbah, les remparts, les jardins…

À l’intérieur de la médina, des architectes ont commis, à mon avis, quelques fautes de goût grossières, comme ces sortes de marquises un peu incongrues !

Les remparts de la ville, en allant vers le Chellah.

L’oued Bou Regreg qui sépare Rabat et Salé, .

La Tour Hassan, en travaux en 2015, et face à elle, le mausolée de Mohamed V

Rabat est une des grandes villes que je préfère. Bien sûr il y a les encombrements, bien sûr il y a ce côté « européen », mais quel plaisir de s’y promener sans être importuné par des vendeurs comme à Fes ou Marrakech (même si la police touristique a fait dégonfler le phénomène !). La Kasbah des Oudayas est magnifique, le Chellah est superbe. Bon d’accord, Rabat n’a pas la majesté de Meknès mais quelle classe quand même !

Les porteurs d’eau, l’ancien et le nouveau !

Au bord de l’oued, sous la Kasbah, les jeux d’ados, les parties de foot,  quasi permanentes quand la marée le permet !

La porte de Salé, route de Kénitra

Les remparts

Le Chellah

Il y a 2300 ans, une cité s’érige, occupant alors la colline qui domine la vallée du Bouregreg.

Phéniciens et Carthaginois y ont fait escale avant que les Romains ne s’y installent du temps de Ptomémée, qui lui donna, dès le premier siècle avant J-C, le nom de Sala (Chellah) que Antonin transforma en Sala Colonia car, après la conquête arabe au VIIIe siècle, Chellah connaîtra un long déclin. (Voir ici pour plus d’informations sur le Chellah.)

Photos©Vincent Mérand- Nicole Pons 2015

Le site est réputé pour abriter un nombre impressionnant de nids de cigognes !

Lorsqu’on sort de la médina par les remparts, la ville « moderne » est là, avenue Mohamed V

#top

Il faut venir tôt le matin parce qu’assez rapidement, les classes envahissent le site qui perd alors un peu (?) de sa quiétude… !