Une semaine dans le Moyen-Atlas marocain

Jour 2 : Volubilis (voir aussi la page qui y est consacrée)

A quelques kilomètres se trouve : Moulay Idriss (voir aussi la page qui y est consacrée)

      la chambre, carrément sympathique !    

Vous avez une semaine de vacances, vous voulez aller au Maroc mais vous ne savez pas par où commencer. Cette page est pour vous SI vous souhaitez visiter le Maroc en fleurs et en dehors des sentiers battus. Période conseillée : Avril - Mai !  Vous n’êtes pas obligés de partir de Tanger évidemment. En ce qui nous concerne, Tanger est une étape familiale donc obligatoire, ceci explique cela ! Rabat peut être un bon choix !  Meknès aussi, cela vous permettra de visiter Ifrane, Sefrou, Khenifra, bref, de rester DANS ce Moyen-Atlas que vous ne pourrez vous empêcher d’aimer !

En 2015, une liaison Marseille-Tanger est assurée tous les dimanches. La location d'une voiture tourne autour de 170€ la semaine. Jour 1 : Un hébergement à Tanger pour visiter la ville le soir (ça grouille de vie jusque tard le soir !) et vous pouvez partir le lendemain, jour 2, vers Meknès en passant par Volubilis et Moulay Idriss. Le riad Zahra à Meknès est impeccable et son repas, un peu "cher" (11€ par personne !) est franchement excellent de même que son petit déjeuner ! Le troisième jour, si vous vous levez de bonne heure, vous visitez tranquillement Meknès le matin avant de partir vers Azrou tout proche, la route est sympa. La ville est pittoresque, rurale, montagnarde, sans être magnifique. En revanche, les forêts autour le sont. Un petit tour vers Ifrane si vous avez le temps ou juste dans les forêts autour du célèbre (et néanmoins mort) cèdre Gouraud avec ses singes magots toujours au rendez-vous, une promenade dans la ville en haut de son "rocher" (rocher = azrou en berbère) suivi d'un petit restau (70DMA maximum !) et la nuit est à vous (l'hôtel Azrou, réservable sur internet est nickel). Le lendemain (jour 4), c'est la fête à la nature. Après les promenades à pied dans les forêts, au bord du lac, pour observer les oiseaux ou les singes, il vous restera du temps, une fois la route d'Aïn-Leuh rejointe, pour descendre jusqu'aux sources de l'Oum-Er-Rbia à une trentaine de km plus au sud vers Khenifra avant de remonter au gîte Narrahte chez Hassan (réservation possible par internet, 200 DMA la demi-pension). Promenade champêtre au soleil couchant, douche chaude, nuit tranquille et le jour 5 vous pouvez repartir vers Rabat. Vous avez le choix entre remonter sur Meknès et prendre l'autoroute, ou descendre sur Mrirt et prendre la route d'Aguelmouss puis Oulmès, une route que j'adore et qui vous fera découvrir un Maroc fleuri, sur une route qui ondule parmi les champs verts se détachant sur la terre rouge. C'est vraiment superbe. Bien sûr, l'arrivée à la capitale est un peu moins poétique  ! Vous avez une partie de la soirée pour visiter la médina, la Kasbah des Oudayas et à pied rejoindre la tour Hassan et le mausolée de Mohamed V, prendre un petit repas dans les remparts au café restaurant des voyageurs pour 30 DMA/ personne avant de retraverser la médina qui grouille encore jusqu'à 20.30, 21.30. Le jour suivant jour 6, je vous conseille de prendre un petit taxi jusqu'à la nécropole du Chellah, (ça vaut le coup !), puis de revenir vers votre voiture, dire au revoir aux jardins de la Kasbah dans la fraîcheur de la matinée et hop, prenez la route vers la réserve de Mehdia-Plage, Sidi Bou Rabah. Vous traversez ensuite Mehdia, (pourquoi ne pas y manger face à la mer ?) puis Kenitra et c'est le retour sur Tanger que vous pouvez tranquillement visiter, à moins que vous ne préfériez faire une halte à Moulay Bousselham (notamment les ornithologues !) ou Larache ou encore Asilah, autant de haltes qui vous enthousiasmeront !

la baie de Tanger (voir la page consacrée à Tanger)

Vous quittez Tanger par l'autoroute (ou la route) en direction de Larache. Puis vous prenez la route de Souk-el-Arba (litteralement : marché du mercredi) jusqu'au croisement de la nationale, Rabat-Fès. Quelques kilomètres après l'embranchement, direction col du Zegota, prendre la petite route vers Moulay-Idriss, Volubilis.La route est assez longue jusqu'à Volubilis. Bien sûr il risque d'y avoir un peu de monde mais on est loin de l'affluence de Marrakech ou Fès ! C'est un site qui vaut la peine d'être vu. C'est assez impressionnant et il faut se dépêcher avant que l'usure n'ait effacé toutes les mosaïques ! Quel dommage qu'il n'y ait pas plus d'argent consacré à la sauvegarde de ces monuments ! Pour les ornithos, il y a bien sûr des tonnes de cochevis huppés mais nous y avons aussi vu deux pies-grièches grises sans parler des tariers pâtres et des cigognes.

Là encore, peut-être un peu de monde mais c'est très supportable en avril (comme la chaleur d'ailleurs !) Moulay Idriss est une ville sainte "La Mecque des pauvres". Elle se situe à quelques minutes de Volubilis. Un guide peut vous faire faire une visite en moins de deux heures pour environ 120 DMA. C'est rapide mais attention, ça monte beaucoup ! Pour les ornithos, faucons crécerellettes sont abondants. J'y ai même vu un aigle botté. On reprend la voiture et par la belle route N13, en une demi-heure, on fait les 25 km qui mènent à …Jour 3 Meknès (voir la page consacrée à cette ville)

Le meilleur endroit pour se garer à Meknès est la place Lalla Adouda. Les gardiens sont efficaces et on peut partir tranquille dans la médina qui se trouve à deux pas ! C'est une superbe ville beaucoup plus tranquille et d'après moi, plus belle que Fès ! Si vous souhaitez visiter avec un guide, il vous en coûtera 300 DMA soit moins de 30€ (en 2015) pour la demi-journée. Cela peut valoir le coup pour aller vite et échapper aux demandes d'accompagnement qui ne manquent pas mais ce n'est pas indispensable loin de là surtout si vous comptez rester plusieurs jours. Les principaux monuments sont assez rapprochés les uns des autres et tout est faisable à pied pour qui sait un peu marcher !

Il faut bien sûr s’arrêter à Meknès si vous ne connaissez pas (et si vous connaissez déjà, vous en aurez envie !) Même si vous avez hâte de découvrir enfin le Moyen-Atlas ! En commençant bien sûr par Azrou qui n’est pas la plus belle ville du Maroc loin s’en faut, mais qui, je trouve a ce charme des petites bourgades (même si l’on dit que c’est aussi un haut-lieu de la prostitution ?!)

Nous quittons Meknès pour gagner Azrou (direction Er Rachidia) et la route devient vite sympathique et montagneuse.

Fin Jour 3 Azrou

      le fameux et triste cèdre Gouraud. Il y en a de bien plus beaux et vivants ailleurs !  A droite, un marchand de « souvenirs » ET de cacahuètes destinées aux singes quasiment apprivoisés qui courent en quête de nourriture et même de boisson !

Rabat (voir la page consacrée à Rabat)

      La Kasbah des Oudayas     

      Fontaine de la médina

Azrou : « le rocher » en berbère, en raison de ce rocher monumental qui sépare la ville en deux.

Jour 4 : Azrou -  Les sources de l'Oum Er Rbia - Ain Leuh

Pour la piste qui mène à Aïn Leuh par le lac Afenourir, il faut sortir d'Azrou par la route de Midelt et là, vous avez le choix. Une première route-piste très jolie prend un kilomètre après la station d'essence Afriquia et arrive directement à Aïn-Leuh. Une deuxième, absolument magnifique, commence quelques kilomètres plus loin, dans la forêt, face à la piste qui mène au cèdre Gouraud. La route "en lacunes" est tout à fait carrossable et passe tout près (3 ou 4 km) du lac Afenourir que les mordus d'ornitho ne peuvent manquer. Mais avant le lac, c'est une succession de forêts, cèdres et autres feuillus, de plateaux encore verts,  un vrai délice pour les promenades ! C’est une des plus belles pistes d’après moi pour visiter le Moyen-Atlas Elle est tout à fait pratiquable par des véhicules de tourisme en avril ! Il est possible qu’en hiver la neige et la boue la rendent plus, ou beaucoup plus, difficile ! Dès que l’on quitte la route de Erachidia-Rich, on serpente entre les cèdres et les prairies fleuries en croisant régulièrement des singes « magots ».

Plus à l’Est, après Ifrane, sur la route de Fès, on peut aller faire un tour vers les petits lacs : Dayet Aoua Dayet Ifrah, et les autres, mais c’est plus long !

Rubiette de Moussier

Pinson du Maroc

Tadorne Casarca

Tout tranquillement, nous arrivons à l’aguelmame (lac) Afenourir (embranchement signalé, le lac est à 3km. Il faut se méfier de la piste qui est censée rejoindre Aïn Leuh plus directement depuis le lac. Elle peut être impraticable, comme ce fut le cas lors de notre passage. :

A environ 25 km après l’embranchement,on retrouve la route P7311, qui relie Aïn Leuh à Khenifra par les sources de l’Oum Erabia et l’Aguelmame Azigza si l’on veut voir ce site magnifique. (Décrit par Mouloud Mammeri dans « l’Opium et le Bâton ».)

Dayet Aoua

Au bord du lac, les tentes des bergers nomades (à droite sur la photo ci-dessous)

Vers le site des sources de l'Oum Erabia

Le Lac Ouiouane

Les sources de l’Oumerabia : Certainement saturé de monde l’été, le site est très tranquille au mois d’avril. Il fait bon et les cafés installés au bord du torrent  sont déserts. La passerelle dressée pour atteindre la chute est à péage ! 3dh par personne mais c’est pour la bonne cause !  Ce sont les jeunes du village qui l’ont construite et qui peuvent ainsi gagner quelques sous !

Nous retournons sur nos pas (Khenifra et l’aguelmame Azigza - les abords du lac, ci-dessous en 2007, ne sont pas cette année sur notre route !) On peut aussi descendre encore plus au sud, vers Beni-Mellal et aller faire un tour aux cascades d’Ouzoud, pour se rafraîchir un peu… avant de monter à Imilchil ?

Et nous arrivons bientôt à Aïn Leuh, puis, quelques kilomètres plus loin, en direction de la route qui relie Azrou à M’rirt puis Khenifra, après 2km de piste, au gîte Narrahte, perdu dans la campagne. L’accueil est très sympa, le repas délicieux !

Au matin du Jour 5 Aïn Leuh - Rabat -le réveil est carrément grandiose, le cadre est toujours aussi beau ! Nous prenons la route vers Rabat via Aguelmous, Oulmès et Tiflet. C’est aussi un coin magnifique, très vallonné. Le route monte à plus de 1200 m vers Aguelmous, puis oscille autour de 1100m jusqu’à Oulmès avant de redescendre à 300 m. Environ à Tiflet.

Une décharge à ciel ouvert, deux hommes la fouillaient dans la puanteur du plastic brûlé !

Après un petit déjeuner et une vue « pantagruéliques », c’est la route, vers Rabat en traversant des régions magnifiques !

Vers Oulmès, c’est toujours aussi beau au printemps !

Les yeux se régalent et le traquet rieur aussi ! Avant d’arriver à…

Le jour 6 nous remontons à Tanger après avoir visité Le Chellah de Rabat (voir sur la page de Rabat - lien ci-dessus), puis Mehdia-Plage et la réserve de Sidi-Bou-Rabat. On peut aussi s’arrêter à Moulay-Bousselham et à Asilah ! (Voir les pages consacrées à ces sites) Juste ci-dessous quelques photos de Mehdia-Kasbah pour qui j’ai une certaine tendresse, ayant vécu à Mehdya-Plage de 1981 à 1985 ! Bien sûr, à cette époque, il n’y avait pas de dromadaire à touristes sur la plage mais le front de mer n’a quasiment pas changé ! Pas de gratte-ciel, toujours les mêmes restaurants ou presque…

Les environs de l’aguelmame Azigza

Cascades d’Ouzoud

Nous nous arrêtons bien entendu pour profiter du paysage et de l’observatoire ornitho avec de belles espèces au passage, notamment des foulques caronculées, espèce en déclin et introuvable en France.


Mehdia : la kasbah restaurée, la plage avec ses nouveaux dromadaires !

Les canons de la kasbah, dans les années 80’. On ne peut plus monter à l’étage !

Et le tour ne serait pas complet sans quelques images de l’autoroute Kénitra - Tanger…

Et c’est ainsi que la semaine s’achève, par une visite d’Asilah…

(Voir aussi la page consacrée à Asilah !) Bien sûr, depuis à peu près Aguelmous, Oulmès, nous ne sommes plus au Moyen-Atlas qui, d’autre part, ne se limite pas à cette boucle. Ci-dessous, d’autres vues un peu plus au sud de cette superbe région !

Photos©vincent3m - Nicole Pons

Haut de page

#top

On ne se lasse pas d’observer les singes dans la forêt d’Azrou. Plus au sud, ce sont les écureuils de Barbarie, endémiques au Maroc et à l’Algérie. Ci-dessous un adulte, à peine moins furtif que les jeunes ! A droite en dessous, le paysage d’Ito, où les revendeurs de pierre semi-précieuses et de fossiles peuvent se montrer un peu agacés si vous n’aimez pas les cailloux ! Notez que la brume de chaleur (fin juillet !) Ne favorise pas la vue du panorama annoncé !

Le lac (aguelmame) Sidi Ali

Ci-dessous à gauche, un petit lac en juillet proche de Midelt, près de l’hôtel Ksar Tinmay. A droite une vue annonçant le Haut-Atlas.

En quittant le Moyen-Atlas de Midelt vers  Boumia