Bois brûlés

retour à l'accueil                                                  page suivante
Si une promenade dans les bois peut se révéler reposante pour la plupart, un peu angoissante pour quelques uns, traverser une région où un incendie a récemment ravagé tous les bois, toutes les forêts sur des kilomètres carrés est particulièrement douloureux. Le silence qui y règne pèse des tonnes, pas de vent dans les ramures, pas d'oiseaux dans les taillis. La lumière n'a plus de limites, plus de feuillage pour l'empêcher de violer le sous-bois. Le sol est nu, la terre est torturée, noircie. Et puis de temps en temps, des signes, des bouteilles brisées, des feuilles. Elles ont échappé à l'incinération mais roussies, sont tombées en curieux petits tas saugrenus. Curieusement, il y a quelque chose de fantastique, d'étrangement envoutant dans cette laideur de la nature morte parce qu'on veut toujours y trouver de quoi se rassurer, des traces d'automne précoce, des reprises de verdure....




































































Ces images ont été prises dans les environs de La Junquera (Catalogne), une quarantaine de jours après l'incendie qui a détruit plus de 13.000 hectares et fait quatre morts entre le 22 et le 30 juillet 2012.


retour à l'accueil                                                  page suivante